Press Release

Football : Résultats de la Ligue 1 des Performances Digitales




Boulogne-Billancourt, le 10 février 2016 -- Si la priorité des Clubs est bien sûr de s'affronter sur le terrain, ils ne doivent pas pour autant en oublier, à l'heure du tout numérique, de proposer une expérience digitale de qualité à tous les supporters. Or, à l'issue du "match numérique" organisé par Dynatrace les 6 et 7 février, il apparaît que toutes les équipes sont loin d'être au même niveau.

Inutile de ménager plus longtemps le suspense : le grand vainqueur de l'épreuve footballistique digitale est le site des Girondins de Bordeaux, avec un temps de réponse moyen de moins de 2 secondes. Le FC Nantes décroche l'argent avec une moyenne de 2,6 secondes, tandis que l'AS Saint-Etienne prend la troisième du tableau avec une moyenne légèrement supérieure à 3 secondes.

Lanterne rouge, l'Olympique Lyonnais s'effondre dans l'épreuve : plus de 12 secondes en moyenne pour afficher sa page d'accueil ! Le PSG et le FC Bastia, au coude à coude, ne faisant guère mieux, tout en restant sous la barre des 10 secondes.

Pour expliquer de tels écarts, il est indispensable de rentrer plus en détail sur les éléments constitutifs des pages respectives des clubs. Rapidement, il apparaît que le nombre de parties tierces a un impact direct sur les performances des sites. Ainsi, le site de l'Olympique Lyonnais fait appel jusqu'à 186 serveurs hôtes différents pour construire ses pages. Alors que le vainqueur de l'épreuve s'en contente, au maximum, de 10 fois moins (18).

Site des Girondins de Bordeaux, seulement 18 Hosts différents mis à contribution

Olympique Lyonnais : 186 Hosts différents identifiés (extrait)

La soirée du Classico ne fait que confirmer la tendance. Si le PSG a remporté la victoire sur la pelouse, les performances digitales de l'OM sont meilleures, même si les résultats restent très moyens. Durant la période, avant, pendant et après-match, les supporters, nombreux sur les sites des deux clubs, ont dû patienter en moyenne 37 secondes pour attendre les pages du PSG et 22 secondes pour l'OM.

En conclusion, les meilleurs du classement général s'appuient donc sur un nombre de serveurs le plus restreint possible afin d'assurer des performances digitales de qualité : moins de 5 serveurs sont, en moyenne, nécessaires à la construction de leurs pages. Contre plus de 22 pour le PSG et jusqu'à 80 pour l'Olympique Lyonnais !

Nombre moyen de serveurs utilisés par chaque site

En bref, et de façon générale, Dynatrace conseille à l'ensemble de ces sites de réexaminer leur niveau de dépendance des contributeurs tiers, lesquels ont un impact direct sur le temps de chargement des pages.