Press Release

PagesJaunes s’appuie sur Dynatrace Application Monitoring pour accélérer sa croissance digitale et multicanale


« Dynatrace nous offre une vision complète de la performance de nos applications, sur tous les canaux et à tous les niveaux de la chaîne de distribution applicative. »




Boulogne-Billancourt, le 26 mai 2016 – Depuis 2011, Dynatrace, leader de la performance digitale, accompagne PagesJaunes dans la supervision de sa performance digitale. Dynatrace a permis à PagesJaunes de s’appuyer sur des mesures et des indicateurs de performance pertinents, pour garantir à ses utilisateurs une qualité de service en continu, sur le web comme sur le mobile. Sa simplicité de mise en œuvre, y compris dans une architecture extrêmement complexe, et d’utilisation, en particulier au travers de ses tableaux de bords intuitifs et personnalisables, ont contribué à ce résultat.

75% de l’activité de PagesJaunes est digitale

Leader français de la publicité et de l’information locales sur support Internet, mobile et imprimé, PagesJaunes est également un acteur de référence en matière de services de renseignements téléphoniques, de petites annonces en ligne, ainsi que le premier créateur de sites Internet – avec plus de 120 000 sites de professionnels. PagesJaunes est filiale à 100% du groupe SoLocal, numéro un européen de la communication digitale locale, qui comptabilise plus de 2 milliards de visites sur l’ensemble des sites du Groupe, dont 865 millions sur le mobile. L’application PagesJaunes a quant à elle été téléchargée près de 25 millions de fois en France. Le Groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 873 millions d’euros en 2015, dont près de 75% a été réalisé sur le digital.

Dans ce contexte, les enjeux en matière d’architecture et de performance sont évidemment critiques. Il est en effet primordial, pour assurer la croissance et la pérennité des services, que PagesJaunes veille à offrir à ses utilisateurs des applications à la fois performantes et riches. « Il est impératif que nos services soient disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, rapides et pertinents », résume Pascal Specht, Responsable de projet, Pôle Média de PagesJaunes. « Les outils de surveillance, de compréhension, d'anticipation et de correction de nos applications sont donc essentiels. »

Soutenir la digitalisation multicanale des services

Dès 2011, PagesJaunes a fait appel à Dynatrace pour le monitoring de la performance de son site Internet. L’architecture sous-jacente constitue un écosystème complexe, dans lequel cohabitent de nombreuses technologies, et où les données issues des opérateurs télécom et de la force de vente sont complétées par un vaste système d’enrichissement (cartographie, vidéo, 3D immersive, vue aérienne, trafic routier, etc.). En termes de contenus transactionnels, le site pagesjaunes.fr a enregistré en 2015 pas moins d’1,3 milliard de visites vers les annonceurs professionnels. « Dès que les agents Dynatrace ont été placés sur les frontaux et les serveurs applicatifs de notre architecture, nous avons pu avoir une vision technique de nos performances » explique le responsable projet Pascal Specht. A laquelle ont été ensuite ajoutés des indicateurs métiers, comme le nombre de visiteurs ayant effectué une recherche, ayant consulté une fiche détaillée ou ayant quitté le site… « C’est un outil qui nous permet d’avoir une vue business de notre système » ajoute-t-il.

Depuis 2014, la mobilité est un axe clé de la stratégie de PagesJaunes. « On compte plus d’un million de recherches par jour via l’application mobile PagesJaunes. Entre 2014 et 2015, nous avons gagné 24% d’audience sur le mobile, avec un taux de couverture (reach) de 50% ». Ici, les marqueurs de performance sont directement embarqués dans les téléphones, via les applications PagesJaunes pour iOS, Android et Windows Phone. Deux indicateurs clés ont été ainsi identifiés : le START, qui mesure le temps de chargement entre le démarrage de l’application et l’affichage du formulaire de recherche ; et le LR (Liste Réponse), qui mesure le temps d’affichage de l’écran de résultats.

« Comme les indicateurs arrivent aussi sur les frontaux et sont capturés par les mêmes collecteurs, Dynatrace peut faire la corrélation entre les deux, et offrir une vision complète des performances, sur tous les canaux et à tous les niveaux de la chaîne de distribution applicative – data center, réseau, OS » détaille Pascal Specht.

Des tableaux de bord personnalisés pour une vision transversale de la performance

L’ensemble des mesures et données collectées par Dynatrace sont restituées sous forme de tableaux de bord, accessibles à la fois aux équipes techniques et métiers. « Nous avons développé une approche centrée sur les KPI, en donnant accès aux tableaux de bord à nos collaborative teams, afin qu’elles puissent observer leurs propres indicateurs sur leur propre écran » explique Pascal Specht. Taux d’adoption d’une nouvelle version mise en production, évolution du taux de conversion après une campagne marketing, courbes de performance… : les tableaux de bord Dynatrace permettent des usages très divers, à destination de métiers très différents.

Les indicateurs LR (Liste de Réponses) peuvent par exemple être restitués selon des perspectives variées : en fonction de la qualité du réseau, des terminaux utilisés, des opérateurs, en comparant ancienne et nouvelle version, etc. « Cela nous permet de prendre des décisions éclairées et de prioriser nos actions, poursuit Pascal Specht. On peut, par exemple, décider de ne pas afficher certaines fonctionnalités sur un device dont les temps de réponse ne sont pas satisfaisants. » Ces indicateurs permettent d’évaluer les gains de performance sur une chaîne d’intégration, en comparant les mesures effectuées entre deux itérations : comment a évolué la performance par rapport au mois dernier ? La dernière mise à jour est-elle meilleure que la précédente ?

« Dynatrace fournit des courbes et des graphiques très parlants, très visuels, qui permettent d’avoir une vue synthétique de tout ce qu’il se passe sur notre système. La solution a notamment ceci d’exceptionnel qu’elle permet, à partir d’une représentation graphique, d’identifier la donnée d’origine. Ce qui en rend l’usage d’autant plus aisé pour l’ensemble des métiers concernés », conclut Pascal Specht.