Press Release

Saint-Valentin : la performance digitale était-elle au rendez-vous ?


Dynatrace, éditeur de solutions d’APM (Application Performance Management), a suivi la performance digitale de sites de vente de bijoux, de parfums et de fleurs et livre ses conclusions.




Boulogne-Billancourt, le 18 février 2016 -- La croissance du e-commerce met en évidence l’évolution de notre comportement d’achat de plus en plus centré sur le canal digital. Aujourd’hui, il est devenu inacceptable de ne pas obtenir rapidement l’information souhaitée ou de ne pas pouvoir se connecter à un service mobile. Une tendance vérifiée par une récente étude de Dynatrace qui a révélé que 81% de la génération Y abandonnent leur panier si le site ou l’application mobile bugge ou est trop lent et quittent un site si la page demandée ne s’affiche pas au bout de 3 secondes au moins.

Les sites analysés par Dynatrace avant et pendant la Saint-Valentin ont-ils répondu aux exigences de rapidité et de qualité de service de leurs clients ?

L’analyse de Dynatrace a porté sur une période de 15 jours avant la Saint-Valentin et a concerné les sites suivants :

  • -Bijoux: maty.com ; lemanegeabijoux.com ; histoiredor.com/fr ; mauboussin.fr
  • -Parfums: marionnaud.fr ; misterparfum.com ; nocibe.fr ; sephora.fr
  • -Fleurs: aquarelle.com ; aunomdelarose.fr ; 123fleurs.com ; interflora.fr

Selon les mesures des temps de réponse dans les conditions des utilisateurs (dites de Last Mile), en moyenne:

  • Top 3 des sites les plus rapides de chaque catégorie :
    • (SEPHORA.FR) 5,762 secondes
    • (MATY.COM) 6,493 secondes
    • (AQUARELLE.COM) 8,457 secondes

Toutefois, le site du gagnant (SEPHORA.FR) offre un temps de réponse moyen relativement long, bien au-delà de 3 secondes

  • Top 3 des sites les plus lents de chaque catégorie :
    • (LEMANEGEABIJOUX.COM) 8,180 secondes
    • (MARIONNAUD.FR) 10,714 secondes
    • (AUNOMDELAROSE) 11,358 secondes
  • La moyenne des temps de réponse tous sites confondus est de 8,565 secondes. Les amoureux auront-ils patienté autant ? Probablement pas tous ...
  • Des mesures dans les conditions de laboratoire (dites de Blackbone), ont également été réalisées. Même dans ces conditions un peu idéales, 1 seul site offrait un temps de réponse inférieur à 3 secondes (MAUBOUSSIN.FR).
  • On note une augmentation de plus de 100% du temps de réponses mesurées entre les conditions dites de Last Mile et celles dites de Backbone. Autrement dit, l’utilisateur patiente en moyenne deux fois plus longtemps que ce que l’on pourrait penser si l’on se contentait de mesures prises à la sortie du data center. Cet écart peut s’expliquer par la saturation du serveur distant qui met du temps à répondre aux sollicitations clients.

La performance des sites et des applications mobiles est l’un des critères clés de l’expérience d’achat. Une approche orientée client est devenue cruciale pour les e-commerçants. Cette dernière permet d’anticiper et de surveiller les montées en charge, de détecter et de résoudre les incidents en quelques minutes, et également d’intervenir en temps réel auprès d’un client en difficulté sur le site marchand.

Méthodologie :

Dynatrace utilise deux types de mesures complémentaires pour mesurer les performances Web.

La première est une mesure sur la dorsale internet (« au backbone »). Il s’agit bien d’une situation idéale, car c’est une mesure de la performance prise à partir du centre de données, avant le firewall. Les mesures « au backbone » sont réalisées par Dynatrace, grâce à un réseau mondial regroupant plus de 168 sondes, dans des centres de données à forte bande passante, sur la dorsale internet.

La deuxième mesure est dite de dernier km (« au Last Mile »). Il s’agit ici du monde réel, car Dynatrace mesure cette fois ci l’expérience de l’utilisateur réel : combien de temps met réellement la page pour s'afficher sur son navigateur ? Dans les faits, c'est bien cette mesure, beaucoup plus fine et pertinente, qui indique la performance réelle d'un site ou d'une application Web.

Les mesures de « last mile » sont obtenues par Dynatrace grâce à un réseau mondial, regroupant plus de 150.000 agents, installés sur des vrais PCs utilisateurs, et qui réalisent une surveillance synthétique du Web en conditions réelles.