Communiqué de presse

Avec Dynatrace, Saint-Gobain gagne en proactivité dans la gestion de ses incidents de performance applicative


En accélérant l’identification de l’origine des incidents de performance et en facilitant leur résolution, Dynatrace a permis à la DSI du Groupe Saint-Gobain d’améliorer les temps de réponse et les performances de ses applications critiques.




Auditer les problèmes de performances et répondre plus efficacement aux attentes des utilisateurs
Créé en 1665, Saint-Gobain a d’abord conquis le marché des glaces de miroirs français puis européen. Aujourd’hui, le Groupe conçoit, produit et distribue des matériaux et des produits innovants pour la construction (isolation, mortiers industriels, vitrages, céramiques, etc.) et occupe désormais la place de leader mondial des marchés de l’habitat. Avec un chiffre d’affaires en 2012 de plus de 43 milliards d’euros et une présence dans 64 pays, le Groupe compte parmi les cent plus grandes entreprises industrielles du monde.

Dans ce contexte, l'une des missions de la DSI du Groupe, et en particulier du département Solutions Digitales, consiste à développer et mettre à disposition des quelque 193 000 salariés du groupe des solutions leur permettant de mieux communiquer et de mieux collaborer. Portail Intranet, outils de gestion électronique de documents (GED), plateformes collaboratives, annuaire de Groupe, moteur de recherche, applications métiers spécifiques… : au total, près d’une centaine d’applications, dont il faut garantir les services et les performances dans des environnements de production complexes.

Compte tenu de l’étendue du parc applicatif, les risques de baisse de performances ou de dysfonctionnements sont nombreux. « Des utilisateurs nous remontaient des incidents que nous ne parvenions pas toujours à reproduire et à diagnostiquer » explique Matthias Bourillon, responsable de la cellule d’administration technique du département de Solutions Digitales. Consulter les logs de l’ensemble des back-ends à la recherche de l’origine d’un ralentissement constituait une tâche titanesque, chronophage et parfois vaine. La DSI du Groupe a donc pris la décision, fin 2010, de se doter d’un outil permettant d’accélérer le diagnostic et la résolution des incidents, afin d’apporter aux utilisateurs des réponses rapides et efficaces aux problèmes de performances rencontrés sur leurs applications.

Dynatrace : une vision exhaustive des transactions pour une gestion proactive des problèmes
Pour la DSI du Groupe, la solution Dynatrace répondait à ses attentes : « pouvoir tracer l’ensemble des requêtes utilisateurs à travers des chaînes applicatives complexes – jusqu’à trois ou quatre back-ends – et disposer de données tangibles pour anticiper les montées en charge et prévenir les incidents » précise Matthias Bourillon. En moins d’une journée, la solution était installée, les agents configurés et les premiers résultats constatés : « Nous avons réussi, en seulement quelques minutes, à identifier la cause d’incidents latents » poursuit Matthias Bourillon.

Le déploiement par les différentes équipes de la DSI du Groupe Saint-Gobain a été simplifié, et Dynatrace est devenu un outil de référence pour le suivi et l’analyse des performances en environnement de production. Son approche holistique a en effet permis aux équipes de la DSI du Groupe Saint-Gobain non seulement d’avoir une vue de bout en bout des transactions à travers l’ensemble de leurs chaînes applicatives, mais aussi de mesurer l’impact de leurs infrastructures sur les performances. « Nous disposons désormais de métriques et de tableaux de bord qui nous permettent par exemple d’optimiser le dimensionnement de nos serveurs pour mieux anticiper les montées en charge, ou encore de remonter des anomalies de configuration via des diagrammes de visualisation des flux de données en temps réel » poursuit Matthias Bourillon.

Visibilité, rapidité et partage de données : les clés d’une gestion optimale de la performance
Le gain de temps a été important pour les équipes de la DSI : en se basant sur les informations précises fournies directement sur la console Dynatrace, elles s’évitent la pénible « élimination par itérations successives » pour identifier la cause des incidents et gagnent ainsi en efficacité dans leur résolution. Mais Dynatrace a également favorisé une meilleure communication entre les différentes équipes qui suivent le cycle de vie d’une application, grâce notamment aux fichiers de session qui permettent de partager l’ensemble des données relatives à un problème pour en faciliter l’analyse. « Dynatrace permet à nos différentes équipes, à la production et au développement, d’avoir un langage commun et de dialoguer plus efficacement », commente Matthias Bourillon. Et donc de gagner en efficacité dans la gestion globale des performances applicatives.

Initialement prévu pour trois applications, Dynatrace a rapidement été étendu à d’autres plateformes de production. Et la DSI de Saint-Gobain n’exclut pas d’étendre encore son périmètre : « L’utilisation de Dynatrace en production a fait ses preuves, suffisamment pour envisager de l’étendre aux environnements de développement et de test » conclut Matthias Bourillon. Ce qui permettrait de couvrir l’ensemble des systèmes applicatifs et de garantir aux utilisateurs des performances et un niveau de service inégalés.